TOUTE ÉCRITURE EST INSPIRÉE DE DIEU

« Consultez le livre de l’Éternel et lisez ! »

(Ésaïe 34.16)

INTRODUCTION

La Bible a un caractère unique. Elle ne décrit pas l’homme qui cherche à toucher Dieu du bout des doigts. Elle dépeint exactement le mouvement inverse : Dieu qui vient jusqu’à l’homme pour le prendre par la main et le conduire sur le chemin que Jésus a emprunté, celui de la foi, la soumission, l’obéissance et l’amour. Jésus est notre modèle en toutes choses.

Dieu a utilisé le langage des hommes pour nous communiquer sa pensée. Il a parlé d’une manière compréhensible « par les prophètes » puis « par le Fils » (Hébreux 1.1-2). Cette pensée est accessible encore aujourd’hui à tous ceux qui s’humilient devant Dieu et implorent sa miséricorde et sa grâce.

Si nous voulons, avec le secours et la puissance de Dieu, appliquer et mettre en pratique la parole de Dieu, il nous faut d’abord en discerner le sens et bien comprendre ce que nous lisons. La Bible est la parole de Dieu. Son message doit sûrement être cohérent et clair. Nous affirmons  que la Bible est l’autorité souveraine en matière de foi et de doctrine. Il est écrit :

« Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre » (2Timothée 3.16).

Mais à quoi sert cette déclaration si l’on ne comprend pas le texte qui sert de fondement à notre foi ou si l’on en tord le sens ? Car toutes les hérésiesDoctrines contraires à l’enseignement des saintes Écritures s’appuient sur l’Écriture ou plutôt sur une fausse compréhension de l’Écriture.

LIRE ET ÉTUDIER LA BIBLE C'EST FAIRE CE QUE DIEU DÉSIRE

Car Dieu a parlé et Il a fait consigner ses paroles par écrit par des hommes choisis par Lui. En demandant à ces hommes d’écrire, Dieu avait un plan à long terme, un sage dessein pour nous communiquer ses instructions, ses conseils, ses avertissements, ses grâces, ses voies et ses pensées. Lisons quelques textes . . .

dans l’Ancien Testament :

« Écris cela dans un livre, pour que le souvenir s’en conserve » (Exode 17.14).

« L’Éternel dit à Moïse : Écris ces paroles ; car c’est conformément à ces paroles que je traite alliance avec toi et avec Israël » (Exode 34.27).

« Lorsque Moïse eut complètement achevé d’écrire dans un livre les paroles de cette loi, il donna cet ordre aux Lévites qui portaient l’arche de l’alliance de l’Éternel : Prenez ce livre de la loi, et mettez-le à côté de l’arche de l’alliance de l’Éternel, votre Dieu, et il sera là comme témoin contre toi » (Deutéronome 31.24).

« Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche. Médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras » (Josué 1.8).

« Josué écrivit ces choses dans le livre de la loi de Dieu. Il prit une grande pierre, qu’il dressa là sous le chêne qui était dans le lieu consacré à l’Éternel » (Josué 24.26).

« Samuel fit alors connaître au peuple le droit de la royauté, et il l’écrivit dans un livre, qu’il déposa devant l’Éternel. Puis il renvoya tout le peuple, chacun chez soi » (1Samuel 10.25).

« Oh ! je voudrais que mes paroles fussent écrites, qu’elles fussent écrites dans un livre » (Job 19.23).

« Va maintenant, écris ces choses devant sur une table, et grave-les dans un livre afin  qu’elles subsistent dans les temps à venir, éternellement et à perpétuité » (Ésaïe 30.8).

« Ainsi parle l’Éternel, le Dieu d’Israël : Écris dans un livre toutes les paroles que je t’ai dites » (Jérémie 30.2).

« Consultez le livre de l’Éternel et lisez ! » (Ésaïe 34.16).

« Prends un livre et tu y écriras toutes les paroles que je t’ai dites » (Jérémie 36.2).

« Baruc leur répondit : Il m’a dicté de sa bouche toutes ces paroles, et je les ai écrites dans ce livre avec de l’encre » (Jérémie 36.18).

« Jérémie prit un autre livre, et le donna à Baruc, fils de Nérija, le secrétaire. Baruc y écrivit, sous la dictée de Jérémie, toutes les paroles du livre qu’avait brûlé au feu Jojakim, roi de Juda. Beaucoup d’autres paroles semblables y furent encore ajoutées » (Jérémie 36.32).

« Jérémie écrivit dans un livre tous les malheurs qui devaient arriver à Babylone, toutes ces paroles qui sont écrites sur Babylone » (Jérémie 51.60).

« Toi, Daniel, tiens secrètes ces paroles, et scelle le livre jusqu’au temps de la fin. Plusieurs alors le liront, et la connaissance augmentera » (Daniel 12.4).

« L’Éternel m’adressa la parole, et il dit : Écris la prophétie : Grave-la sur des tables, afin qu’on la lise couramment. Car c’est une prophétie dont le temps est déjà fixé, elle marche vers son terme, et elle ne mentira pas ; si elle tarde, attends-la, car elle s’accomplira, elle s’accomplira certainement » (Habacuc 2.2).

 Pour le Nouveau Testament :

« Le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14.26).

« Jésus a fait encore, en présence de ses disciples, beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre » (Jean 20.30).

« Jésus a fait encore beaucoup d’autres choses ; si on les écrivait en détail, je ne pense pas que le monde même pût contenir les livres qu’on écrirait » (Jean 21.25).

« Théophile, j’ai parlé, dans mon premier livre, de tout ce que Jésus a commencé de faire et d’enseigner dès le commencement » (Actes 1.1).

« Si quelqu’un croit être prophète ou inspiré, qu’il reconnaisse que ce que je vous écris est un commandement du Seigneur » (1Corinthiens 14.37).

« Ce que tu vois, écris-le dans un livre . . . Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver après elles . . .» (Apocalypse 1.11,19).

« Et celui qui était assis sur le trône dit : Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit : Écris ; car ces paroles sont certaines et véritables » (Apocalypse 21.5).

UNE LAMPE À NOS PIEDS

Notre Dieu veut donc que les hommes lisent la Bible qui contient la révélation écrite de Dieu. Plus que cela : Il veut que les hommes la méditent (Psaume 1.2 ; 119.15,23,148)  littéralement : la ruminent, l’étudient (Esdras 7.10), la sondent (Jean 5.39), l’examinent (Actes 17.11) et qu’ils prêtent attention à la parole prophétique (2Pierre 1.19), qu’ils mettent les paroles qu’il a dites dans leur cœur et dans  leur âme (Deutéronome 11.18). Le Psaume 119 tout entier est une louange envers Dieu à cause de sa Parole écrite, objet de méditation et d’étude.

« Ta parole est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier. Je jure, et je le tiendrai, d’observer les lois de ta justice. Je suis bien humilié : Éternel, rends-moi la vie selon ta parole ! » (Psaume 119.105).

Si donc nous voulons être des hommes ou des femmes de Dieu accomplis et propres à toute bonne œuvre, préparés et équipés pour accomplir toute bonne œuvre,  force nous est de nous astreindre à l’étudier, c’est-à-dire à chercher le sens des mots, la signification des symboles et des rites, l’enchaînement des idées, les relations avec d’autres pensées exprimées ailleurs . . . L’apôtre Pierre nous exhorte à faire tous nos efforts pour ajouter à la foi . . . la connaissance (2Pierre 1.5). Cette connaissance ne peut venir, pour nous, que de la parole de Dieu correctement interprétée.

LA BIBLE ÉCRITE POUR LES CROYANTS

« Les choses cachées sont à l’Éternel, notre Dieu; les choses révélées sont à nous et à nos enfants, à perpétuité, afin que nous mettions en pratique toutes les paroles de cette loi » (Deutéronome 29.29).

« Que cela soit écrit pour la génération future, Et que le peuple qui sera créé célèbre l’Éternel ! » (Psaume 102.19)

« Que ce livre de la loi ne s’éloigne point de ta bouche ; médite-le jour et nuit, pour agir fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras » (Josué 1.8).

« N’ai-je pas déjà pour toi mis par écrit des conseils et des réflexions, pour t’enseigner des choses sûres, des paroles vraies, afin que tu répondes par des paroles vraies à celui qui t’envoie ? » (Proverbe 22.20).

« En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit : Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. Oui, Père, je te loue de ce que tu l’as voulu ainsi. Toutes choses m’ont été données par mon Père, et personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; personne non plus ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler » (Matthieu 11.25-27).

« Plusieurs ayant entrepris de composer un récit des événements qui se sont accomplis parmi nous, suivant ce que nous ont transmis ceux qui ont été des témoins oculaires dès le commencement et sont devenus des ministres de la parole, il m’a aussi semblé bon, après avoir fait des recherches exactes sur toutes ces choses depuis leur origine, de te les exposer par écrit d’une manière suivie, excellent Théophile, afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus » (Luc 1.1-4).

« Celui qui est de Dieu écoute les paroles de Dieu ; vous n’écoutez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu » (Jean 8.47).

« Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre » (2Timothée 3.16).

ÉTUDIER LA BIBLE C'EST SUIVRE L'EXEMPLE DE JÉSUS

Que représentait les Écritures pour Jésus ou quelle attitude avait-il envers elles ? Quel usage en faisait-il ? Quelle place occupait-elle dans sa vie ?

Ce que le Seigneur Jésus a accompli ici-bas, en tant qu’homme, Il le devait en grande partie à sa manière d’utiliser les Écritures. Il trouvait en elles le sentier tout tracé dans lequel Il devait marcher, la nourriture et la force qui Lui permettaient d’agir, les armes avec lesquelles Il pouvait vaincre tout ennemi. Les Écritures Lui ont été indispensables toute Sa vie et pendant Sa passion. Du début à la fin, Sa vie a été l’accomplissement de ce qui était écrit de Lui dans le rouleau du Livre (Psaume 40.8) . . . Il est  à peine nécessaire de démontrer cela.

Quand Il a été tenté au désert, c’est en proclamant Il est écrit qu’Il a triomphé de Satan. Quand les pharisiens s’opposaient à lui, Il faisait sans cesse appel à la Parole : Que dit l’Écriture ?, N’avez-vous pas lu ?, N’est-il pas écrit …? Dans ses entretiens avec ses disciples, c’est toujours par les Écritures qu’Il leur prouvait qu’Il fallait que le Christ souffrit et ressuscitât des morts : Comment donc s’accompliraient les Écritures . . . ? (Matthieu 26.24) Et quand Il parle avec Son Père, pendant ses ultimes souffrances, c’est encore dans les termes même de l’Écriture qu’Il répand Sa plainte d’avoir été abandonné (Psaume 22.2) et qu’Il remet Son esprit entre les mains du Père (Psaume 31.6).

Tout cela a une signification profonde. Il était lui-même la Parole vivante. L’Esprit lui avait été donné Sans mesure. Si jamais quelqu’un eût pu se passer de la Parole écrite, c’est bien lui ! Et pourtant nous voyons qu’elle est tout pour lui. Mieux que quiconque Il nous montre ainsi que la vie de Dieu dans une chair humaine et la Parole de Dieu dans un langage humain sont inséparablement liées. Jésus n’aurait pas été ce qu’Il a été, n’aurait pas pu faire ce qu’Il a fait, s’Il ne s’était pas soumis à être conduit et soutenu pas à pas par la Parole de Dieu.

À douze ans, on retrouve Jésus au temple, assis au milieu des docteurs, les écoutant et les interrogeant (Luc 2.46). Durant les « années obscures » précédant son ministère public, Jésus a dû consacrer tous les loisirs que lui laissait son métier à la lecture, la méditation et l’étude de la parole de Dieu. Et pourtant, plus que tous autre homme, il aurait pu se passer de l’étude de la Bible et accéder à une connaissance intuitive et immédiate de la pensée de Dieu. Or il n’en fut rien : Jésus s’est astreint à étudier les Écritures pour comprendre la pensée de Dieu.

Jésus n’a pas fréquenté l’école rabbinique où l’on étudiait les textes de l’ancienne alliance pourtant il les connaissait bien. C’est même cela qui a frappé ses auditeurs : Comment connaît-il les Écritures, lui qui n’a point étudié ? (Jean 7.15). Preuve qu’il en faisait souvent usage. Si les deux disciples d’Emmaüs auxquels il a expliqué  dans toutes les Écritures ce qui le concernait (Luc 24.27), avaient consigné cette étude biblique par écrit, nous aurions certainement une notion plus juste encore de ses connaissances bibliques.

En enseignant ses disciples, il se réfère à elle comme ; à l’autorité suprême (Luc 4.16-21 ; 10.26 ; 18.31).  Il en connaissait le sens (Luc 20.17), la portée prophétique (Luc 4.16-21 ; 23.46; Jean 19.28-30), aussi bien que la teneur exacte (Matthieu 22.32 ; Jean 10.34), où il base son argumentation sur une expression du texte). Une telle connaissance des Écritures ne s’acquiert que par une étude assidue et prolongée.

ÉTUDIER LA BIBLE C'EST SUIVRE L'EXEMPLE DES APÔTRES

Les apôtres étaient, eux aussi,  des hommes du peuple sans instruction (Actes 4.13). Ils n’avaient pas étudié la théologie. Cependant ils ont suivi leur Maître dans l’étude de la Parole de Dieu. Les discours des Actes font constamment appel à l’Ancien Testament (près de la moitié des versets qui nous les rapportent sont des citations). Luc loue les chrétiens de Bérée, qui « examinaient chaque jour les Écritures pour voir si ce qu’on leur disait était exact » (Actes 17.11).

Cet examen leur demandait du temps pour rechercher les textes, les contrôler, réfléchir à leur contexte, les comparer à d’autres, prier, tirer des conclusions. N’est-ce pas là, tout simplement, étudier la Bible ? On nous rapporte dans ce livre qu’Appolos était versé dans les Écritures (Actes 18.24). Les lettres de Jacques, de Pierre, de Jean, de Paul, sont également imprégnées de citations et d’allusions aux Écritures ; l’Apocalypse à elle seule en contient 245. Une telle connaissance ne s’explique que par une étude sérieuse des livres inspirés.

Or une telle étude était bien plus difficile en ce temps-là qu’aujourd’hui : les manuscrits étaient rares, chers et souvent difficiles à consulter, ils étaient écrits en hébreu ou en grec, alors que la langue maternelle des disciples était l’araméen. La Bible n’était pas divisée en chapitres et versets, il n’existait pas de concordance ; pour transcrire littéralement un verset il fallait donc presque connaître le texte par cœur pour retrouver le passage sur les rouleaux.

Étudier la Bible, c’est imiter l’exemple d’innombrables hommes de Dieu, bénis dans leur activité, au cours de l’histoire de l’Église. Les chrétiens des premiers siècles attachaient un grand prix à la lecture et à l’étude des saintes Écritures. Moody, l’ancien apprenti vendeur devenu le plus grand évangéliste de son siècle, a exalté l’étude de l’Écriture en disant :

Dieu ne veut pas que nous nous contentions de lire la Bible, il nous faut l’étudier consciencieusement, la « sonder » : à la recherche des grandes vérités. Si peu de chrétiens croissent dans la foi parce que si peu d’entre eux étudient la Bible.

D.MOODY

Tous les réveils dans la Bible (2Rois 22.8-13 ; 23.2-3 ; Néhémie 8.1-8 ; 9.1-37 ; 13.1-3) et dans l’histoire de l’Église étaient liés à une redécouverte de la Parole de Dieu.

Tout ce qui nous aide en particulier à mieux comprendre la parole de Dieu et à mieux l’appliquer dans nos vies trouve son approbation. Jésus n’a pas reproché aux pharisiens de sonder les Écritures (Jean 5.39), mais de ne pas en tirer la conséquence logique, c’est-à-dire : venir à lui pour avoir la vie éternelle.

Lorsque l’étude de la Bible diminue, la vie spirituelle régresse aussi. Lorsque la vie spirituelle décline, la motivation à étudier de la Bible décline aussi. Il y e un lien évident entre les deux. « L’homme ne peut vivre de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu ». Dans la mesure où l’on cultive la communion avec Dieu, on étudie avec plus de zèle, car on sait que tout ce que l’on fait servira à la tâche future. « S’exercer à la piété » (1Timothée 4.8), c’est consacrer le temps nécessaire au recueillement personnel, à la méditation de la Bible, aux réunions de prière, à la vie en Église et aux activités spirituelles.

« Celui qui réfléchit sur les choses trouve le bonheur, et celui qui se confie en l’Éternel est heureux  » (Proverbes 16.20).

C’est pourquoi il est important de décider avec Dieu, au cours de notre moment de recueillement, de l’emploi de notre journée et de lui demander la sagesse de l’employer le mieux pour sa gloire. « Ceux qui emploient mal leur temps sont les premiers à se plaindre de sa brièveté », disait LA BRUYÈRE

VERSETS QUI NOUS ENCOURAGENT À LIRE LA PAROLE DE DIEU

Exode 24.7 ; Deutronome 6.4-9 ; Deutéronome 17.18-19, 1Thessaloniciens 2.13 ; Jean 5.46 ; Néhémie 8.8 ; Ésaïe 34.16 ; Habakuc 2.2 ; Psaume 1.2-3 ; 1Timothée 4.13 ; Romains 10.17 ; Jean 8. 31-32 ; Jean 5.24 ; Jean 8.51 ; 12.47 ; 14.23 ; 15.7 ; 17. 14-17 ; Apocalypse 1.3 ; 3.8.10 ; 2Timothée 3.15 ; Luc 11.28 ; Jérémie 15.16 ; Luc 10.38-42 ; Actes 17.11

QUE NOUS APPORTE L'ÉTUDE DES ÉCRITURES SAINTES ?

L‘étude systématique de la Parole de Dieu est très importante pour notre développement spirituel :

  • elle nous fait connaître la volonté et le plan de Dieu (Jean 15.7, Éphésiens 1.3, Psaume 119.98,130,144),

  • nous fait croître harmonieusement (Éphésiens 4.15 ; Colossiens 1.10 ; 2Pierre 3.18 ; 1Pierre 2.2, Deutéronome 8.3, Matthieu 4.4, Psaume 119.93),

  • nous garde de l’erreur (Psaume 37.31 ; Ésaïe 51.7 ; Marc 12.24 ; Éphésiens 4.14),

  • et nous permet d’aider les autres à trouver le chemin du salut et à y progresser (Éphésiens 6.17 ; 2Timothée 2.15 ; Hébreux 4.12).

LA PAROLE DE DIEU PRODUIT DES EFFETS
  • elle fait naître (Jacques 1.18) ;

  • elle nourrit (1Pierre 2.2) ;

  • elle donne la foi (Romains 10.17) ;

  • elle éclaire (Psaume 119.105,130 ; 2Pierre 1.19) ;

  • elle sanctifie (Jean 17.17 ; Psaume 119.9) ;

  • elle rend prêt pour accomplir de bonnes œuvres  (2Timothée 3.16-17) ;

  • elle donne la patience et la consolation (Romains 15.4) ;

  • elle peut être un sujet de persécution (Apocalypse 1.9).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires